Nom

SPH-flow (site dédié : www.sph-flow.com)

Développement LMF (ECN/CNRS), HydrOcean, Bassin d’Essais des Carènes (DGA)
Méthode Méthode particulaire
Discrétisation des équations de Navier-Stokes sur un noyau d'interpolation
Résolution spatiale Lagrangienne
Résolution temporelle explicite
Surface libre Non linéaire permettant des fortes connections ou fragmentations
Principales fonctionnalités Code 2D et 3D
Modèle libre à 6 degrés de liberté
Parallèlisation MPI
Géométrie définie par un maillage 3D surface
Modèle fluide structure SPH / SPH
Couplage fluide structure SPH / FEM (Aster ...)
Discrétisation spatiale variable
Domaines d'applications et dossiers de validation Écoulements à dynamique très élevée (impacts, sloshing, slamming ...)
Écoulement sur géométries très complexes (envahissement ...)
Écoulement autour de corps en mouvement ou de corps déformables
Impacts de géométries complexes
Couplage fluide / structure déformable
Principaux avantages Méthode Lagrangienne sans maillage
Pas de procédure spécifique à la capture ou au suivi de surface libre
Pas de problèmes liés à la gestion de maillage
Simulation aisée de déconnexion / re-connexion d’interface
Facilité de description de larges déformations de la surface libre (jets, déferlements…)
Simplicité de mise en œuvre des calcul
Faible dissipation dans le sillage
Possibilité de simuler l’impact de plusieurs solides simultanément

Méthode explicite
Pas de temps très faibles permettant de capter les efforts et pressions d'impacts avec une très grande discrétisation temporelle
Facilité d'implémentation de modèles physiques complexes

Exemple de projets


Simulation de deux navires à couple.


Calculs de coefficients de courant et de houle sur une plateforme TLP.

Simulation de l'autopropulsion d'un navire à une ligne d'arbre.

Étude du sillage d'une vedette rapide.